Facteurs de risque de maladie asso afdoc cardiaque association

0

Facteurs de risque cardiovasculaire chez les cardiologues certifiés par la Société brésilienne de cardiologie : leçons à tirer. Rédacteur Monitoring : Claudio Tinoco Mesquita1,2,3 et Wilter dos Santos Ker2,3.

1 Université Fédérale de Fluminense, Hôpital Universitaire Antônio Pedro (HUAP)/Ebserh, Secteur de Médecine Nucléaire, NiteróiRJ, Brésil, Secteur de Médecine Nucléaire – Hôpital Universitaire Antônio Pedro (HUAP)/Ebserh – Université Fédérale de Fluminense (UFF), Niterói, RJ – Brésil.

2 Hôpital Pró-Cardíaco, Service de Médecine Nucléaire, Rio de Janeiro, RJ, Brésil, Service de Médecine Nucléaire – Hôpital Pró-Cardíaco, Rio de Janeiro, RJ – Brésil.

3 Hôpital Vitória, Rio de JaneiroRJ, Brésil, Hôpital Vitória, Rio de Janeiro, RJ – Brésil.
Auteur Notes d’information sur l’article Informations sur le droit d’auteur et la licence Avis de non-responsabilité

Les maladies cardiovasculaires (MCV) restent la première cause de décès dans le monde

Les facteurs de risque tels que l’hypertension artérielle systémique (HSA), le diabète sucré (DM), la dyslipidémie, l’obésité, le tabagisme et l’alcoolisme associés à un comportement sédentaire, à la privation de sommeil, au stress et aux antécédents familiaux favorisent l’athérosclérose.

La complexité de la physiopathologie dans le processus de formation de l’athérosclérose et la variété des facteurs de risque de maladie artérielle ont des impacts importants sur la mortalité.1–3 L’HSA est un facteur de risque important, étant le plus répandu pour les maladies cardiovasculaires, et sa relation est due à lésions vasculaires qui provoquent une hyperplasie et une hypertrophie de la couche moyenne du vaisseau.

  1. Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité et de morbidité chez les personnes atteintes de diabète.
  2. Il résulte de l’hyperglycémie et de la résistance à l’insuline, entraînant une inflammation chronique, un stress oxydatif et, finalement, un dysfonctionnement endothélial.

Le DM a considérablement augmenté ces dernières années, devenant l’une des principales causes de mortalité. La résistance à l’insuline favorise la dyslipidémie, accélérant l’athérosclérose chez les patients diabétiques.4–7 La prévalence de l’obésité a considérablement augmenté au cours des dernières décennies.

C’est une entité complexe, avec un grand impact sur les maladies cardiovasculaires et importante dans les facteurs de risque compromettants (HSA, DM et dyslipidémie). Il existe une incidence accrue de mort subite chez les patients obèses, généralement due à des arythmies ventriculaires fréquentes et complexes.

Le tabagisme, la consommation d’alcool et l’inactivité physique sont liés à un risque cardiovasculaire accru, affectant tous les stades de l’athérosclérose.

La mauvaise alimentation est liée à des facteurs qui interfèrent dans la prévention et le contrôle des maladies cardiovasculaires, étant d’une grande importance pour la mortalité précoce dans le monde.

Adopter de saines habitudes de vie demande un effort personnel constant et de la résilience8–10

L’amélioration des habitudes de vie associée à une alimentation saine ouvre de nouvelles perspectives en matière de prévention cardiovasculaire. L’activité physique a des effets positifs sur le métabolisme des lipides, le glucose et la pression artérielle et, combinée à de nouvelles classes de médicaments pour contrôler les facteurs de risque, a entraîné une diminution des résultats cardiovasculaires.

  • Adopter de saines habitudes de vie demande un effort personnel constant et de la résilience8–10La lutte antitabac est un instrument important de prévention primaire qui, grâce à la formation continue de ces dernières années, a conduit à une réduction significative du nombre de toxicomanes.8–11
  • Dans une nouvelle étude avec des cardiologues, Teixeira et al. ont trouvé une prévalence plus faible d’inactivité physique et de tabagisme, mais une prévalence plus élevée de consommation d’alcool.

La prévalence de la dyslipidémie était supérieure à celle de l’HSA et du DM. Bien que les spécialistes aient une meilleure connaissance de la maladie, il n’a pas été possible d’observer des habitudes plus saines que le reste de la population12–14

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here